Le projet Forces de Femmes

Posted by Rachel Guimbaud | | Vendredi 19 décembre 2008 19 h 00 min

Le projet s’inscrit dans une démarche de recherche sur la culture des femmes en Asie du Sud Est et leur combat pour leur liberté. Je pars pour quatre mois de recherche terrain rencontrer des femmes sur trois lieux précis : l’Inde, le Népal et l’Indonésie ; abordant ainsi trois problématiques différentes mais qui répondent à un thème commun : quelle place et quel combat pour les femmes?

Les étapes du voyage, sur 4 mois :

Shree Shree Ma Ananda Maye Ashram

En Inde du Nord :

Pour comprendre la place des femmes dans cette société en pleine évolution, entre traditionalisme et modernité, le tout dans un environnement de recherche spirituelle. Quelle place et quelle mouvance pour le statut des femmes dans ce pays aux milles facettes ? Je pars enquêter au Nord de Delhi, dans un village où une partie de la ville est dédiée à Ma Ananda Mayi, grande figure féminine de la sagesse indienne.

Drapeaux de prières boudhiques

Au Népal :

Je pars à Pokhara rencontrer une école de guide de montagne pour les femmes. Nous savons qu’en France il existe 1500 guides de haute montagne, dont 10 seulement sont des femmes. Cette démarche de l’autre côté du monde est étonnante. Quelles sont les sources de ce combat et les enjeux de cette organisation ?

En Indonésie :

A Jakarta pour comprendre l’impact de la religion sur les conditions des femmes, dans le premier pays musulman de plus en plus menacé par les extrémistes.

Le projet se concrétise par un film documentaire et des photos illustrées de citations des interviews menés sur place. Ces outils permettent de proposer des interventions en différents lieux publics et associatifs auprès d’un large public pour aborder le thème des discriminations faites aux femmes, des égalités femmes/hommes, de la liberté des peuples, de l’évolution des mentalités et des traditions. L’intérêt est d’offrir une approche différente de cette problématique de celle de notre société occidentale pour finalement un même combat : la liberté individuelle et son respect collectif.

N’hésitez pas à me laisser un commentaire ci-dessous ou à me joindre sur : contact@forcedefemmes.fr.

Rachel

7 commentaires »

  1. Comment by delétré — 6 janvier 2009 @ 14 h 30 min

    bravoooooooooooo

  2. Comment by PEGGY — 16 janvier 2009 @ 23 h 01 min

    c’est un beau projet dans lequel je suis certaine tu vas trouver l’inspiration et nous faire rêver. je suis de coeur avec toi. BONNE ROUTE. Jaïma.

  3. Comment by Fatima LYOUSAFI — 20 mars 2009 @ 17 h 27 min

    bonjour Rachel

    je ne sais pas si tu te souviens de moi, je suis en formation de CESF à l’IRTS de Parmentier et ton projet m’avais beaucoup enthousiasmé.
    j’ai eu beaucoup de plaisir à te lire, ton récit me rappelle les aventuriers d’autrefois.

    ton récit m’a mis ceci en tête ? pourquoi ton projet est-il orienté vers la liberté des femmes ? et quelle liberté recherches-tu pour elle ? notre notion de la liberté occidentale peut-elle s’appliquer au reste du monde ? voilà et en tout bon courage et à très bientôt

    Fatima

  4. Comment by Rachel Guimbaud — 25 mars 2009 @ 7 h 37 min

    Bonjour Fatima,
    Bien sure, je me souviens de notre rencontre. J’espere que ton memoire avance tranquillement et surement.

    Je suis contente de lire tes questions. Elles me font reflechir. Alors je reflechis et vais tenter d’y repondre.

    Pour la petite histoire, je suis partie sur le theme des femmes puisqu’il s’agit de la popultaion avec laquelle je travaille actuellement. Au depart, il faut faire un choix de sujet. J’avais envie de voyager mais de travailler sur un projet. Il m’a alors semble plus simple de choisir le theme des femmes de par ma premiere approche sur le plan professionnel avec ce public et aussi pour pouvoir mieux justifier mon depart.

    Puis, petit a petit, les choses se decantent. Rien n’est choisi au hasard. Les femmes… Pourquoi les femmes ? C’est vrai au fait, je suis moi meme une femme. Pourquoi ne pas m’examiner moi-meme plutot que d’aller si loin en recontrer d’autres? Simplement parce que je n’ai pas les reponses a mes propres questions. J’espere alors les trouver ailleurs, chez d’autres femmes, d’autres cultures, loin de la notre.

    Cela m’a rappele la demarche du memoire de 3eme de conseiller(e) en ESF (Economie Sociale et Familiale) :
     » Bon. Le point de depart est confu. Stylos, papier, on reprend du debut : Quelles sont mes interrogations sur ce theme? Quels sont les constats que je peux faire de ma propre experience ? »

    Alors je repars de mon experience professionnelle. Nous sommes souvent face a des femmes qui ont trouve le courage de quitter une situation de violence pour finalement y retourner ou la repeter ou encore rester au point de depart sans pouvoir avancer. Pourquoi est-il si dur pour ces femmes qui ont fuient des violences de continuer sur le chemin de l’independance et de la liberte?

    Je reprends alors depuis plus haut dans la succesion d’evenement :  » Comment arrive-t-on a se decider de quitter sa famille et en remmettant en question son appartenance culturelle au prix de la liberte? Mais de quelle liberte parle-t-on? Comment nous vient cette envie de changer, d’evoluer au travers de nouveaux codes? Comment fabriquer du changement? Et de la, comment aider l’autre sur ce parcours de changement? Comment se construit l’accompagnement social? Sur quel critere? J’ai, en tant que travailleuse sociale, moi aussi une vision de telle ou telle culture, de telles traditions. J’ai moi aussi une quelconque notion de la liberte et du changement.

    Les choses se compliquent. En plus de vouloir aider une personne en situation de violence, en dechirement avec sa culture familiale, nous sommes confrontes a notre propre difference culturelle avec cette personne, nos propres representaions. Qui sommes nous pour vouloir guider vers le bon chemin si deja nous n’avons pas une vision claire de la problematique de base et des obstacles a la relation d’aide?

    Je sourris parce que je pose plus de question que ne donne de reponses… J’en suis desolee.
    Mais par l’exposition de cette longue decantation, j’espere eclairer l’objet de ma demarche.

    POur tenter de repondre plus precisemment a tes questions, j’aurai finalement pu m’interesser a n’importe quel autre theme. J’aurai ainsi au racisme entre ‘blanc et noirs » et partir en Afrique, aux inegalites hemisphere nord/sud, ou encore a l’organisation des classes sociales dans un quelconque pays. Tous les sujets sont bons des lors qu’on se pose les bonnes questions. Et finalement, nous en venons a nous interroger sur les memes choses essentielles: les concepts tels que la liberte, la tolerance, la culture, l’amour.

    Je parle de liberte a travers l’histoire des femmes dans le monde qu’elles soint orientales ou occidentales cela ne definit que les criteres sur laquelle la notion de liberte se base. Au fond, il s’agit d’une meme liberte universelle.

    Je n’ai non plus aucune volonte de les liberer de quoique ce soit. J’observe et comprends. Chacun son chemin.
    Certaines subissent des violences physiques sans qualifier cela de manque a leur liberte. Certaines declarent ne subir aucune violence physique et n’ont pas pour autant la sensation d’etre libre.

    Je fais aussi le lien avec mon histoire personnelle puisque je suis une femme et avec une histoire de femmes issues des generations passees. Je decante ainsi ma propre histoire en meme tant que mes rencontres avec ces femmes d’horizons lointains et grace a des questions commes les tiennes auxqulles je tente de repondre et aussi grace aux commentaires que je requiere de chacun d’entre vous et qui me font comme effet miroir de cette aventure.

    Merci a tous pour ce merveilleux soutien et partage.

  5. Comment by Nour El Houda — 26 mai 2013 @ 9 h 40 min

    Bonjour,
    Est-il possible de vous contacter en privé ?
    J’envisage un voyage en Inde et j’aimerais quelques renseignements.
    Cordialement
    Merci

  6. Comment by Rachel Guimbaud — 11 juin 2013 @ 7 h 49 min

    Oui, vous pouvez m’envoyer un mail sur contact@forcesdefemmes.fr, je vous répondrai directement

  7. Comment by morel françoise — 16 octobre 2013 @ 17 h 32 min

    bonjour, je suis venue voir votre film et dialoguer avec vous à Vallorcine samedi. ce matin je lisais et je voulais vous transmettre ces petites phrases de Pierre Rabhi.
    Le féminin au cœur du changement:
    La subordination du féminin à un monde masculin outrancier et violent demeure l’un des grands handicaps à l’évolution du genre humain. Les femmes sont plus enclines à protéger la vie qu’à la détruire. Il nous faut rendre hommage aux femmes, gardiennes de la vie, et écouter le féminin qui existe en chacun d’entre nous.
    alors bonne chance aux femmes et merci à vous.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire